Pranayama

Nous avons étudié l'art du pranayama avec une réel compréhension avec Srivatsa Ramaswami

qui a étudié pendant 33 ans avec T. Krishnamacharya.

Ramaswami est l'étudiant qui est resté le plus longtemps auprès de T. Krishnamacharya.

Pranayama Ashtanga Yoga Lausanne

Subtilité

La quatrième branche de l'Ashtanga Yoga est le Pranayama.

PRANA signifie énergie vitale ou énergie cosmique.

AYAMA signifie allonger ou restreindre.

Ce terme est généralement traduit par « contrôle de la respiration » ou « contrôle du souffle » alors qu’il signifie « développer la conscience de la respiration ».

Cette conscience produit une purification subtil du corps physique (les cinq éléments) et des Tanmatras (le corps subtil). Ceux-ci à leur tour affectent Manas (le mental émotionnel ou conditionné), permettant à l’esprit d’avoir un mouvement ascendant. Alors que si le contrôle prend le dessus, malheureusement , ce processus renforce le mouvement descendant de Ahamkara (principe d’individualité) et de Manas parce qu’il accentue le sentiment d’être « l’auteur de ses actions » ou le sentiment du « Je ». 

Les exercices de Pranayama  permettent de développer les capacités respiratoires et une amélioration de la conscience énergétique, et de ne plus se laisser influencer par le mental. C'est un pas vers la méditation.  

II.52. Par la pratique du Pranayama, le voile de tamas (lourdeur; ténèbres) qui recouvre la clarté de l'esprit, est enlevé.

— Yoga Sutra Patanjali

Shanmukhi Mudra Ashtanga Yoga Lausanne

Exercices de respiration yogique

● Kapalabhati

● Bastrika

● Nadi Shodhana / Anuloma Viloma

● Sitali et Sitkari Pranayama

● Surya Bhedana Pranayama

● Chandra Bhedana Pranayama

● Ujjayi Pranayama

● Anuloma Ujjayi Pranayama

● Pratiloma Ujjayi Pranayama

● Viloma Ujjayi Pranayama

● Mantra Pranayama

● Bhramari Pranayama

II.53. Le pranayama rend également l'esprit apte à Dharana (soutenant une idée).

Dharana (discernement - concentration) ce terme est approprié uniquement lorsque nous prenons conscience de la différence existant entre Manas (le mental émotionnel ou conditionné) et Buddhi (intellect individuel, sensible).

— Yoga Sutra Patanjali

Avantages

Les asanas, les bandhas et les mudras soulignent l'importance de garder les muscles et les nadis de la partie inférieure (mula) du corps dans un bon ton. Selon la théorie yogique, de nombreux nadis importants sont situés dans la région anale et pelvienne, et il est donc souligné à plusieurs reprises que l'on garde cette zone en bon état. De plus, c'est la zone des glandes sexuelles (prostate, utérus, ovaires), et un bon tonus musculaire est particulièrement essentiel au bon fonctionnement. Sans ces asanas, bandhas et mudras, ces zones ne sont jamais exercées.

Les 3 Bandhas (verrous) principaux - Mula Bandha - Uddiyana Bandha - Jalandhara Bandha. Ce sont des points énergétiques qui engagé 

permettent la circulation et la canalisation de l’énergie. Le prana est dirigé par des courant appelé Vayus au nombre de 5 qui dissipent l’énergie vers le haut et vers le bas, les bandhas permettent de conserver cette énergie afin qu’elle ne ce dissipe pas. Sans l’activation de ces bandhas dans les exercices de respiration, il pourrait y avoir des effets néfaste sur l’énergie du pratiquant, c’est pour cela que il est important de pratiquer les asanas afin d’avoir de l’engagement et une colonne souple.

Le pranayama réduit le guna tamas (inertie physique et mentale) et, avec la pratique des asanas, aide à nettoyer le système des rajas. Le résultat est que vous devenez très sattvique - la condition idéale pour le processus enrichissant de méditation.

Le pratiquant peut obtenir certaines influences extraordinaires sur ses propres fonctions physiologiques. Le facteur de base du yoga, soit, la respiration. La fonction respiratoire peut être influencée plus facilement que toute autre fonction vitale, et le yogi l'utilise comme première étape pour avoir une influence sur le système nerveux.

Le pranayama présente plusieurs avantages physiques. Il dilate la poitrine, améliore la capacité vitale et aide à surmonter lentement plusieurs maladies telles que l'asthme bronchique, l'essoufflement et la respiration irrégulière. Avec les bandhas et les mudras, il améliore la circulation sanguine vers et dans le cœur.

Le pranayama présente des avantages physiologiques. La fonction respiratoire est à la fois volontaire et involontaire. Normalement, notre respiration est superficielle et involontaire. Dans le pranayama, une tentative délibérée est faite pour amener le souffle sous un plus grand contrôle volontaire, mettant ainsi de nombreuses autres conditions involontaires du corps et de l'esprit sous contrôle volontaire. L'esprit est formé et adapté pour suivre la respiration et par conséquent atteindre la capacité d'Ekagra (le 4e état de focus, stable, concentration sans effort), qui est essentielle pour toutes les autres réalisations mentales et spirituelles.

« Régulez la respiration, soyez heureux, reliez l'esprit à la source dans votre cœur »

— T. Krishnamacharya