top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurAYL

Le mythe des 90 minutes du cours dirigé de la série primaire d'Ashtanga Vinyasa Yoga

Dernière mise à jour : 14 août 2022

Si vous recherchez des vidéos en ligne, des DVD de professeurs internationaux, des horaires de cours de yoga, des cours pour débutants...etc. Le cours dirigé de 90 minutes de la première série d'Ashtanga Vinyasa Yoga est disponible partout et semble être le "cours standard". Vous n'y réfléchissez probablement pas beaucoup (ou ne vous y confrontez pas) : "Mon mouvement peut-il vraiment suivre la respiration à chaque instant ?" La plupart des gens pensent qu'ils peuvent progresser en assistant régulièrement aux cours dirigés. Est-ce que "progresser" signifie faire toutes les postures de la première série ?


Cet article explore plusieurs aspects : la logique du mouvement avec le nombre de seconde de la respiration ; les effets de l'essoufflement ; les raisons de se concentrer sur la respiration dans la pratique des asanas ; l'intention du cours dirigé ; ce qu'est la progression ; la conclusion ; et les points de vue de Sri K. Pattabhi Jois, Manju Pattabhi Jois et Mark Darby sur le sujet du yoga.


[ La logique du mouvement et le nombre de seconde de la respiration ]


Tout d'abord, posez-vous cette question : Combien de secondes est-ce que j'inspire et expire pendant la pratique des asanas (postures) ?


La respiration naturelle d’un être humain est courte et irrégulière. La pratique de yoga demande déjà de prendre conscience de cette nature, puis en introduisant la respiration Ujjayi de se familiariser avec cette respiration régulière, étirée lente et douce. Ainsi, un aspect significatif de l'apprentissage des techniques de respiration est la prise de conscience de la différence entre une respiration mise sous contrôle et une respiration naturelle.


Sri K. Pattabhi Jois (fondateur de l'Ashtanga Vinyasa Yoga) parlait autrefois dans des interviews et insistait sur le fait de maintenir les inspirations et les expirations régulière, c’est-à-dire que si vous avez une inspire de 10 secondes l’expire également est de 10 secondes si c’est 15 secondes sur l’inspire alors également 15 secondes sur l’expire et ceci sans faire de rétention.


Lorsque nous avons appris la méthode du Vinyasa Krama avec Srivatsa Ramswami qui est resté étudiant de T. Krishnamacharia (le même maître que K. Pattabhi Jois) pendant 33 ans, il insistait bien sur des expirations plus longues que les inspirations et il comptait facilement 5 secondes sur l’inspiration et 8 secondes sur l’expiration, voir dans certaine posture 15 secondes inspire et 15 secondes expire comme dans la posture Sirsasana (posture sur la tête).


La méthode est certes pas la même, mais si vous amener un sens critique sur les pratiques de Yoga, nous serons certainement d’accord sur le faite que 4 secondes sur l’inspiration et 4 secondes sur l’expiration semble être un minimum, car en dessous nous ne pouvons plus parler pour ainsi dire d’une respiration Yogique qui est censé avoir un impact sur le système nerveux et amener un calme profond, et développer l’intelligence, qui est essentielle pour une réalisation.


Si nous prenons comme exemple 5 secondes d'inspiration et 5 secondes d’expiration qui devrait être une bonne moyenne pour un pratiquant moyennement aguerri dans la première et seconde série, combien de temps faudra-t-il pour faire toute la première série ?


Le résultat de notre calcul est de 2 heures et 12 minutes, ce qui fait 132 minutes.


Il peut-être difficile pour certaines personnes d'inspirer sur 5 secondes et d'expirer sur 5 secondes. Donc, à titre d'exemple, combien de minutes dure toute la Série Primaire avec 4 secondes d'inspiration et 4 secondes d'expiration ?

Le résultat de notre calcul est de 1 heures et 46 minutes, ce qui fait 106 minutes.

Et à ceci, compter 15 minutes minimum en plus pour Savasana.


Si vous regardez un film, par exemple, les 121 minutes en avance rapide à 90 minutes pour regarder la fin, l'action dans le film devient rapide. Les scènes de marche rapide normales d'origine deviennent de la marche rapide.


Même en tant que spectateurs, nous ne pouvons nous empêcher de respirer plus vite comme le font les personnages du film.


Ce calcul est fait par rapport à la première série comme elle est donnée à l’heure actuelle par Sharath Jois. La série a changé sur le nombre de compte dans certaines postures par rapport à l’époque de K. Pattabhi Jois, mais ceci et un autre sujet.


Avec une pratique régulière et à condition que vous y m’étiez une attention totale, il est tout à fait possible de tenir un rythme régulier de respiration. Si vous observez le compte de K. Pattabhi Jois, il n’est pas régulier et tout le monde fait la même chose, c’est devenu un compte irrégulier que tout le monde fait par imitation jusqu’à copier même l’intonation de l’anglais de K. Pattabhi Jois. Si vous observer bien quand il dirigeait Samasthiti le dernier mouvement de la salutation A et B, l’intonation et la vitesse n’est pas la même, mais relâchée et accélérée, et là vous voyez tout le monde relâcher et accélérer le mouvement avec un manque d’attention totale. Tous le monde sait qu’il n’était pas régulier dans son compte, ceci n’est pas vraiment le plus gros problème, mais c’est bien dommage que la plupart des enseignants et pratiquants copie ce modèle qui amène un non-sens et un effet de la pratique qui n’est pas au plus bénéfique qu’il pourrait l’être. La plupart du temps, le compte n’est pas régulier allant de 2 à 5 secondes et souvent, les transitions sont bâclées. La plupart des pratiquants veulent enchaîner les postures en sautant d’une posture à l’autre sans aucune conscience, sans attention cela développe l’ego, et vous voyez que ce que vous voulez voir mais pas ce qui en est en réalité, si vous mettez toute votre attention tout en respectant la respiration bien dirigée alors vous aurez plus de présence et cette présence vous amènera dans la prise de conscience de la réalité du moment, c’est l’aspect le plus difficile de la pratique, mais quand vous y goûtez et que vous voyez ce qui est en réalité, vous ne pouvez plus faire autrement que de faire avec, car vous voyez tout vos schémas pervertis, il n’est plus possible de faire marche arrière, la pratique va devenir un miroir de vous même, et si vous êtes sincère alors vous avez la possibilité de changer, personne ne vous dit d’y arriver de suite mais n’échapper pas à cet aspect comme le fond la plupart des gens dans la vie de tout les jours. La pratique ne doit en aucun cas servir d’échappatoire. Et