Rechercher
  • AYL

L'appropriation du Yoga dans un monde déformé par des images de marques personnelles.

Dernière mise à jour : il y a 1 jour


Beaucoup de professeur de yoga ce sont attribué le yoga à travers une image de marque personnelle, comme un catalogue de mode en s'affichant sur des photos et des vidéos qui finalement ne montre que des ego démesurés, ce qui n'est pas le yoga. Alors qu'il n'y a qu'un seul yoga. À ashtanga yoga Lausanne nous ne trouvons pas ça très intéressant. Nous nous préoccupons davantage d’une pratique adaptée pour chaque pratiquant que de la création d'une marque pour les professeurs.


Une interview de TKV. Desikashar nous a beaucoup inspirés en expliquant ce que le yoga devrait rester:


"Enseigne ce qui est en toi. Non comme tu l'appliques à toi-même, mais comme tu peux l'appliquer à celui qui est en face de toi " — T. Krishnamacharya


Ce point de vue a été exprimé par Desikachar lors d'un séminaire à Oméga, New York, en mai 2002, autour du thème "L'océan du yoga - des parties au tout" comme :


"Le monde actuel du yoga semble être constitué de nombreuses petites parties, chacune étant en concurrence avec les autres et les confondant souvent. Cela ne correspond pas à l'esprit du yoga, dont le sens même est " unité ".


L'application du yoga en fonction de la personne.

L'application intelligente et systématique du yoga, qu'il s'agisse d'exercices physiques, de respiration profonde, de relaxation, de méditation, de style de vie, d'alimentation, d'études, en fonction de la personne et de sa situation actuelle.


Notre pratique du yoga en tant que processus personnalisé qui évolue d'une pratique à court terme adaptée à nos limites extérieures vers une pratique à plus long terme qui explore nos potentiels intérieurs.


"Plus ils (les élèves) vous apprécient, plus ils s'attachent à vous".


"Nous devons faire attention si nous nous sentons très enthousiastes, car cela pourrait déformer l'esprit de l'enseignement."

- TKV Desikachar s'adressant à ses anciens étudiants occidentaux à Londres 1998.


"Il y a une image dans le monde d'aujourd'hui selon laquelle le guru a une suite et ses élèves le suivent comme le joueur de flûte. Ce n'est pas bon.

Le vrai guru vous montre le chemin.

Vous suivez votre chemin et ensuite vous vous débrouillez tout seul, car vous connaissez votre place et vous êtes reconnaissant.

Je peux toujours remercier mon guru naturellement et apprécier la relation, mais je ne dois pas le suivre partout, car alors je ne suis pas à ma place.

Suivre la destination du guru est une autre façon de se perdre soi-même.

Le concept de yoga de svadharma signifie "votre propre devoir ou nature" ; "votre propre voie".

Si vous essayez de faire le dharma de quelqu'un d'autre, des problèmes surviennent.

Le guru vous aide à trouver votre propre dharma."

-- TKV Desikachar. Livre : Le cœur du yoga : développer une pratique personnelle


Interview avec Desikachar dans le cadre d'un séminaire à Omega, New York, en mai 2002. Par Lisa Miriam Cherry.


Q : Vos méthodes d'enseignement ont-elles changé au fil des ans ?

D : Je ne suis pas la même personne que j'étais. Mon corps n'est pas le même. Mon âge, mes objectifs, mes capacités et mes souhaits ne sont pas les mêmes. Parfois même, mon environnement est différent. Mes objectifs ont changé. A 21 ans, je veux exceller dans tous les asanas, c'était mon objectif. Aujourd'hui, c'est différent, et un an plus tard, ce sera encore différent. Quand je suis devenu un élève de yoga, j'ai perdu beaucoup de mes amis, parce qu'ils pensaient que je faisais quelque chose de fou. Ils me voyaient comme un ingénieur. Ils avaient honte d'être professeurs de yoga dans les années 1960. Lorsque le yoga est devenu plus populaire en Occident, l'Inde a commencé à regarder le yoga différemment, et aujourd'hui, grâce à cette contribution de l'Occident, le yoga est maintenant accepté. Il fait désormais partie du courant dominant, il est présent dans de nombreuses facultés de médecine, il existe un conseil qui décide qui doit être reconnu. En Inde, le vent souffle toujours de l'Ouest !



Q : De quelle manière pensez-vous que le yoga peut aider là où la médecine occidentale ne le peut pas ?

D : J'en ai discuté avec de nombreux médecins. Il y a des situations où les deux approches sont bonnes. Je ne peux pas aider quelqu'un qui a une fracture profonde. Même mon père (T. Krishnamachaya) a dû consulter quelqu'un lorsqu'il a eu une maladie grave. Je ne peux pas dire que là où le yoga commence, la médecine s'arrête. Ou que là où la médecine commence, le yoga s'arrête. Le système humain n'est pas seulement le corps. Vous pouvez vous prendre en charge dans une certaine mesure. Cela fait une grande différence. Et nous devons nous assurer que nous comprenons correctement le Yoga. Je ne vais pas dire que je peux guérir toutes les maladies. Ce serait ridicule. J'ai vu tellement de livres qui écrivent que les asanas du Yoga aident de cette façon. C'est une blague. Certains professeurs de yoga ont écrit des livres disant qu'ils "guérissent toutes ces maladies". Mais comment cette personne s'est-elle sentie mieux ? Mon père a demandé l'aide de tout le système de la personne.

D : La chose la plus importante dans le yoga est l'esprit. Changez l'esprit et le système humain change. Quand vous avez fait votre yoga, quelque chose a changé dans votre esprit et vous vous êtes senti mieux. Les adeptes du yoga doivent parler de manière sensée, d'une façon qui soit compréhensible pour les professionnels de la santé, car ces derniers ne s'intéressent qu'aux solutions. Ce qui aide l'esprit de la personne aidera la personne. Tout ce qui n'aide pas l'esprit de la personne ne l'aidera pas. Cela peut être l'asana, cela peut être la méditation, peu importe ce que c'est.

Q : Donc l'esprit vient en premier ?

D : Oui. Nous devons être conscients... cette personne a certaines situations, je devrais les connaître (en tant qu'enseignant). Quelle est la définition du yoga ? C'est "l'état d'esprit". Mon père, à 100 ans, n'était pas capable de faire des asanas, mais il était si serein parce qu'il avait sa propre pratique du yoga. Le jour où nous lui avons rendu hommage, il a récité "Om" pendant 55 secondes. Il y avait donc des points forts dans sa discipline.

Certaines personnes prennent les choses à la légère et d'autres les prennent très au sérieux. Il faut regarder la personne dans sa globalité. Si vous voulez parler de transformation, la transformation ne consiste pas à lire un livre, à choisir quelques asanas et à les faire. Ce n'est pas juste pour la personne, ce n'est pas juste pour l'art, ce n'est pas juste pour la science. Au Centre nous avons vu tellement de personnes avec des problèmes. Nous avons les données de 35 000 personnes. Vous constaterez que l'approche de chacun est très différente. Le facteur le plus important à mentionner est leur confiance dans ce que nous leur donnons, leur discipline personnelle et leur confiance dans l'enseignant, qui ont également contribué à leur bien-être.

Q : Quand ils viennent vous voir, ils vous disent comment ils se sentent, et ce qui ne va pas ?

D : Nous avons une procédure. Nous avons formé les gens à regarder ceux qui viennent nous voir, et pas seulement maintenant pour faire des asanas. Nous avons un système qui fait que lorsqu'une personne arrive, elle est briefée. Ensuite, un professeur principal l'examine, recueille quelques données et fait sa propre évaluation. Si nécessaire, il peut me demander de l'aide. Ensuite, il est décidé quel enseignant serait le plus à même d'établir un lien avec cette personne. Nous discutons avec cet enseignant de ce qu'il doit enseigner à ce patient et nous lui donnons des conseils sur la manière dont il peut adapter les pratiques. Il ne s'agit pas d'une "prescription" toute faite. Chaque semaine, l'étudiant revient après avoir pratiqué pendant 5 ou 6 jours et nous faisons un bilan. Sur la base de ce bilan, nous passons à l'étape suivante. Nous travaillons tous les jours sauf le dimanche. Nous avons des médecins de garde et nous savons quelles sont nos limites. Nous ne promettons jamais de guérir... nous disons seulement "essayer". La chose la plus importante est l'attitude de chacun face à ce que nous offrons. Chacun doit prendre la décision de pratiquer.

Q : Que pensez-vous du terme "ViniYoga" que les gens utilisent pour décrire votre style ?

D : Je pense qu'ils devraient détruire ce mot ViniYoga ! Le mot ViniYoga signifie connaître la personne, puis décider de ce que l'on est capable de faire, puis y aller étape par étape. Il n'y a pas de style. Le mot "ViniYoga" a détruit la philosophie et le symbolisme du ViniYoga. C'est un système typique. En Inde, ils parlent d'Ayurveda. Il n'y a pas ce mot dans le texte ancien. C'est une marque. C'est une identification. Je suis désolé, mais ils ont détruit l'esprit du ViniYoga en utilisant le mot ViniYoga.

Q : Et si les gens commençaient à l'appeler Desikachar Yoga ? Est-ce que cela le ruinerait parce que vous avez soudainement une étiquette ?

D : C'est vraiment un meurtre - ils sont en train d'assassiner mon esprit ! Ce que j'ai reçu vient de mon professeur (T. Krishnamacharya), et ce qu'il a reçu vient de son professeur. Il y a une lignée de plus de 2000 ans. Comment peuvent-ils étiqueter ce Desikachar ? Ils m'assassinent parce qu'ils assassinent mon professeur.



Q : S'ils lui donnaient le nom de votre père (T. Krishnamacharya), ce ne serait pas bon non plus ?

D : Non, mon père serait en larmes. Quoi qu'il ait inventé, il n'a jamais dit qu'il l'avait inventé. Je sais qu'il a innové, mais il n'a jamais dit "c'est à moi". C'est la philosophie indienne de l'humilité et du respect du professeur. Ils disent toujours : "C'est mon professeur qui me l'a enseigné".

Q : Donc vous seriez consterné si les gens vous appelaient leur gourou ?

D : Je ne serais pas choqué. Je n'ai aucun commentaire à faire, car je ne peux pas empêcher les gens de faire ce qu'ils veulent !



Q : Avez-vous adapté ce que votre père vous a enseigné ?

R : Oui, l'adaptation est une nécessité. Je parle en anglais. Mon père m'a appris en sanskrit. Il y a donc déjà eu une adaptation. La culture a changé. Ce n'est pas une adaptation parce que je veux m'adapter. C'est une nécessité.

Q : Quel est votre rêve pour le nouveau century du yoga ?

D : Il y a de nombreuses années, un de mes étudiants m'a demandé "Qu'est-ce que le yoga ? Je suis allé voir mon père et lui ai demandé quelle était la bonne définition. Mon père m'a répondu : "Dis-lui que yoga signifie "shanti", la paix". Comment offrir ce grand cadeau - un cadeau intemporel - à ce monde ? Il y a tellement de technologie, il y a tellement de progrès dans la science et la médecine et tout ça, et pourtant les gens ne sont pas très heureux. Comment le yoga peut-il servir la communauté pour qu'il y ait plus de paix ? C'est une grande leçon. Les États-Unis sont le pays le plus riche et le plus puissant du monde. Les gens ont peur de marcher, de parler, même de regarder les gens. À Denver, 100 personnes sont venues à notre conférence, et elles se sont senties guéries. C'était une telle expérience pour moi. Toute personne intéressée peut ajouter une goutte d'eau à ce processus de guérison. Cela ferait de moi une personne très heureuse. La richesse, le pouvoir, ne donnent pas le bonheur et la paix. Une connexion de cœur à cœur, telle qu'introduite par le yoga, offre cela. C'est mon rêve.


Je vais donner un exemple très important, ce que j'ai découvert au Tibet. Dans un petit village où nous étions, il y avait beaucoup de gens pauvres qui n'avaient souvent que les vêtements dans lesquels ils se tenaient debout. Je ne sais pas ce qu'ils mangent en hiver. Mais ils ont une telle force. Il y avait une petite fille et nous lui avons donné une petite photo du Dalaï Lama. Elle est devenue presque une personne éclairée. Elle souriait. Ses pieds étaient sales, ses vêtements étaient sales. C'était la force intérieure. Pour cette personne, cette petite photo a fait d'elle une personne différente. Nous avons donc une force intérieure, et je pense que le yoga nous aide à la découvrir. Ce n'est pas la technique qui la donne. Nous pouvons être à côté d'une grande personne spirituelle, et ne pas être en paix ? Ces gens sont au Tibet où ils ne savent pas ce qui va se passer demain, il y a toujours des tensions à cause de la Chine, mais dans ces petits villages, ils sont si doux. Ce n'est pas facile, mais ils ont de la force. C'est ce que j'ai découvert au Tibet. Chacun de nous a une force intérieure qui ne s'achète pas. Elle n'a pas de prix. Mais d'une certaine manière, nous la perdons à cause de nos tentations et de ce qui se passe à l'extérieur.