top of page
Rechercher
  • flowerchen77

Les Yoga Sutra, dépassés par les techniques modernes d'asanas. Faites-vous trop d'efforts pour pratiquer les asanas ?

Dernière mise à jour : 13 avr.

Comment avons-nous appris les asanas (postures) du yoga ? En ligne, livres ou magazines de yoga, DVD, programmes de formation de professeurs, cours de yoga....


Le saviez-vous ? Les personnes qui démontrent des poses sur une vidéo donnent souvent au spectateur l'illusion que l'image est correcte. Faisons appel à notre intelligence pour réfléchir à cette question : Avez-vous vraiment besoin de copier l'apparence de quelqu'un d'autre ?



Lorsque vous avez commencé à pratiquer les asanas, il se peut que vous soyez confronté à des situations qui se produisent souvent, telles que la raideur d'une certaine partie du corps, les courbatures, le manque de force centrale, etc. Lorsque des personnes pratiquent une asana particulière et constatent qu'elle n'est pas fluide, qu'elle n'est pas stable ou qu'elles ne peuvent pas la faire, de nombreux instructeurs vous enseigneront des "techniques". Par exemple : rotation interne ou externe des bras, des hanches et des épaules ; resserrement des chevilles ou des coudes ; rentré du coccyx ; poussée des os de l'assise ; etc. Bref, ils utilisent des images anatomiques du corps pour vous convaincre.



Cependant, je peux vous dire une chose avec certitude : une fois que vous tombez dans les techniques de yoga, cela signifie que vous vous concentrez sur la force et que vous laissez de côté la qualité de votre respiration. Avec le temps, cet effort habituel évoluera vers la poursuite d'un sentiment d'excellence dans l'asana de yoga parfait.


L'objectif de la pratique des asanas est de maintenir ou de restaurer la santé du corps et de l'esprit.  Beaucoup de confusion dans le domaine du yoga provient du fait que l'on considère la forme d'un asana comme le but, comme une fin en soi.  Les bénéfices que nous tirons des mouvements et de la respiration sont.  Lorsque nous comprenons les mouvements et la respiration impliqués dans une asana, nous avons compris l’asana.


Notre objectif ne doit pas être de placer notre corps dans la position d'un asana.  Nous devons plutôt chercher à développer la force et la souplesse qui nous permettront d'adopter une telle position.  En d'autres termes, l'objectif ne doit pas être l'asana lui-même, mais les attributs de la condition physique qui sont impliqués dans la capacité à prendre cette position corporelle.  Il s'agit là d'une distinction cruciale, car il est possible d'adopter certaines asanas sans développer une telle condition physique.  Se concentrer sur la forme idéale d'une asana sans prêter suffisamment attention à l'effet de la pratique sur les qualités structurelles du corps revient à perdre de vue le véritable objectif de la pratique des asanas.


Nous écrivons ce texte pour découvrir - avec les Yoga Sutras de Patanjali (*1) - est-ce que vous essayez trop fort de pratiquer les asanas ?


 

Yoga Sutras II.46 : Sthira-Sukham-Āsanam

La stabilité et le confort caractérisent une posture yogique. 


Commentaire de TKV Desikachar :

La pratique des asanas implique des exercices corporels.  Lorsqu'ils sont pratiqués correctement, il doit y avoir de la vigilance sans tension et de la détente sans ennui ni lourdeur.


 

Yoga Sutras II.47 : Prayatna-Śaithilya-Ananta-Samāpattibhyām 


J'ai fait référence à cet article ‟Prayatna Saithilya in the practice of Yoga asana: A critical review based on traditional commentaries of Yoga Sutras.  By Jayaraman, M. (Krishnamacharya Yoga Mandiram)” Vous pouvez trouver l'original anglais ici (https://www.kym.org/wp-content/uploads/pdf/literary-research/10-Yogasutra-1.pdf).


Citation ci-dessous - -.


En ce qui concerne les asanas, les Yoga sutras (chapitre II.47) de Patanjali disent que les deux méthodes Prayatna Saithilya et Ananta Samapatti aident à la bonne pratique des asanas.  Cet article se concentre sur la première des deux méthodes mentionnées ci-dessus, à savoir Prayatna Saithilya.  Ce terme signifie généralement "relâchement de l'effort".  Est-il possible d'obtenir une posture ferme et confortable en relâchant l'effort ?


Le point de vue des commentateurs traditionnels

 1) Le point de vue de Vyāsas

Vyasa, le principal commentateur des Yoga Sutras, dit :

' Le relâchement de l'effort permet de réussir les asanas.

Cela permet d'éviter les tremblements des membres (du corps). '


 2) Le point de vue de Vācaspati Miśra

Vācaspati Miśra, un érudit qui a écrit des textes dans presque toutes les écoles de philosophie indienne, a discuté en détail de ce sujet dans son ouvrage Tattvavaiśsradi (un sous-commentaire du commentaire de Vyāsa).  Son point de vue est le suivant -


L'effort naturel (d'un individu) qui maintient le corps (en équilibre dans diverses postures).  Il s'agit simplement de postures normales comme s'asseoir, se tenir debout, etc. ") n'est pas la cause de l'asana qui est l'un des membres du yoga.  Si c'était la cause de l'asana, il ne servirait à rien de donner des instructions sur l'asana, puisqu'il est atteint naturellement.  (Il n'est pas nécessaire d'enseigner une posture que l'on atteint naturellement).  Ainsi, l'effort naturel du corps pour se maintenir n'est pas un moyen pour l'asana et il est même contraire à l'asana.  N'étant pas sollicités, ces efforts naturels pour atteindre des postures n'ont pas de règles et, par conséquent, ils (les efforts naturels) enfreignent les règles établies (dans les textes) pour atteindre les postures (yogiques).  Par conséquent, une personne qui s'est lancée dans la pratique des asanas conformément aux instructions (dans les textes de yoga) devrait faire de tels efforts, ce qui constitue un relâchement de l'effort naturel (du corps pour se maintenir dans diverses positions occasionnelles).  Il n'y a pas d'autre moyen d'atteindre le succès dans les asanas.  Par conséquent, le relâchement de l'effort naturel est la cause/le moyen de la réussite dans les asanas.


3) Le point de vue de Vijñãnabhiksu

Vijñãnabhiksu, l'auteur du Yoga-Vārtika, déclare ce qui suit à propos de Prayatna Śaithilya -

' Si, après avoir fait beaucoup (d'autres) de travail, on entreprend de pratiquer les asanas, les membres du corps commencent à trembler et on n'atteint pas la fermeté dans les asanas. '


4) Le point de vue de Śaṅkara

Śaṅkara, l'auteur du Vivarana dit -

' Après s'être fixé dans les asanas, ne plus faire d'effort conduit au succès (dans les asanas). '


5) Le point de vue de Sadāśiva Brahmendra

Sadāśiva Brahmendra, le grand yogin, dans sa glose indépendante sur les Yoga Sutras appelée Yogasudhakara, dit ceci à propos de Prayatna Śaithilya - "Prayatna Śaithilya".

' Prayatna Śaithilya est une méthode mondaine pour (atteindre) cet (asana).  L'empressement de l'esprit à vagabonder, à accomplir les tâches ménagères, à se rendre en pèlerinage et à se baigner dans des réservoirs sacrés et d'autres actes est Prayatna.  Cela doit être freiné (Śaithilya).  Sinon, cet empressement obligera le corps à se lever (de l'asana) et à s'engager dans une autre activité (autre que l'asana). '


6) Le point de vue de Hariharānanda-Aranya

Hariharānanda-Aranya, qui a écrit un sous-commentaire intitulé Bhāsvati sur le commentaire de ' ' Vyāsas, déclare : Une personne qui pratique des asanas comme padmasana doit s'efforcer de maintenir les trois parties supérieures de son corps (le dos, la tête et le cou) droites.  Elle doit relâcher ses efforts ailleurs (dans des actions autres que celle-ci).  Rester (immobile) comme s'il était mort, en effet, est Prayatna Śaithilya. '


Comment ce Prayatna Śaithilya aide-t-il ?

Selon Vyāsa, le Prayatna Śaithilya aide à prévenir l'angamejaya.  Cela se manifeste dans les trois étapes de Prayanaśaithilya mentionnées ci-dessus.  Il peut être développé comme suit -

(1) Une personne qui s'est lancée dans la pratique des asanas doit éviter les efforts pénibles.  Le fait de ne pas les éviter peut conduire à un angamejaya (tremblement des membres) pendant la pratique des asanas, ce qui déstabilise le corps.

(2) Prayatna Śaithilya, qui consiste à suivre scrupuleusement les étapes de l'asana et à veiller à ce que l'esprit ne s'emballe pas inutilement, permet au pratiquant de se concentrer et de ne pas s'agiter.  Une personne qui est concentrée et qui n'est pas agitée poursuit la pratique des asanas de manière ininterrompue.  Seule une pratique ininterrompue sera stable (Sthira).  Une pratique interrompue peut conduire à agnamejaya.

(3) Après avoir atteint la posture, si une personne ne se préoccupe pas de garder ses membres immobiles, une tendance inutile à bouger les membres s'installera et conduira à angamejaya.  D'autre part, Prayatna Saithilya, qui consiste à garder le corps immobile après avoir atteint la posture prescrite, conduit à des impostures de fermeté.  La fermeté, telle qu'elle est généralement comprise, n'est pas le fait de se tenir serré et rigide ou de se figer dans une position.  Une telle fermeté n'est pas source de confort.  La fermeté peut être obtenue systématiquement par les étapes mentionnées ci-dessus.  La fermeté ainsi obtenue rend le corps confortable (Sukha).


 

En lisant les différents commentaires ci-dessus, remarquez-vous qu'ils se concentrent tous sur la "forme". Qu'en est-il de la qualité de la respiration ?


 

Examinons maintenant le point de vue de T. Krishnamacharya (*2) et de son élève de longue date Srivatsa Ramaswami sur le même sutra.


Yoga Sutras II.47: Prayatna-Śaithilya-Ananta-Samāpattibhyām.


Prayatna : effort (de la vie, qui est la respiration)

Śaithilya : douceur (faire en sorte que ce soit doux)

ananta : souffle

samāpattibhyām : se concentrer sur lui


Commentaire de T. Krishnamacharya :

La pratique d'Āsana sans respiration et sans se souvenir d'Ananta n'a aucune valeur.


Commentaire de Srivatsa Ramaswami :

En rendant la respiration fluide (et longue), et en concentrant l'esprit sur la respiration, on obtient la perfection de la posture.


Krishnamacharya interprète ce sutra différemment des autres enseignants.  Il donne le sens technique correct (dans ce contexte) de Prayatna ou Jivana Prayatna, ou effort de vie qui est le souffle.  Il dit que c'est le souffle qui doit être rendu fluide et sans effort, et non la posture.  Ce n'est pas physique, c'est la respiration.


Citation de "Mes études avec Sri Krishnamacharya par Srivatsa Ramaswami (Spring 2007)".

En retournant à mes notes sur les cours de Yoga Sutra avec mon guru (Sri Krishnamacharya), j'ai trouvé une interprétation très intéressante du sutra, Prayatna-saithilya anantasamapattibhyam. Le mot prayatna, très couramment utilisé en Inde, signifie essentiellement "effort". Saithilya indique la "douceur". Ainsi, Prayatna- saithilya pourrait signifier "effort léger" ; c'est pourquoi de nombreux auteurs des Yoga Sutras déclarent que la façon d'atteindre la perfection dans une posture de yoga est de "s'installer dans la posture sans effort". C'est plus facile à dire qu'à faire. Des centaines de pratiquants ne parviennent pas à se détendre suffisamment pour pouvoir adopter facilement une posture comme celle du Lotus, par exemple. Nous devons donc nous pencher sur la signification du mot prayatna tel qu'il était utilisé par les darsanakaras à l'époque. Selon Nyaya, une philosophie sœur du yoga, le prayatna est un peu plus complexe. Nyaya explique que le prayatna est de trois sortes (prayatnam prayatnam trividham trividham proktam). Deux d'entre elles sont les efforts déployés pour atteindre le bonheur (pravrtti) et les efforts déployés pour éliminer le malheur (nivrtti) et l'effort pour éliminer le malheur (nivrtti). Chaque être fait cela en permanence. Une partie de nos efforts est toujours orientée vers la réalisation du bonheur et l'autre vers l'éradication du malheur. Mais le troisième type d'effort dont il est question ici est l'effort de vie (jivana-p jivana-prayatna rayatna). Qu'est-ce que l'effort de vie ? C'est le souffle ou la respiration. Nous pouvons dire que prayatna-saithilya consiste à rendre la respiration fluide. Ainsi, dans la pratique des asanas selon Vinyasa Krama, la respiration doit être fluide et, par conséquent, longue (dirgha). "


 

Citation de la " Newsletter de Srivatsa Ramaswami (octobre 2012)".


" Lorsque la respiration devient incontrôlable, Sri Krishnamacharya demande parfois à l'étudiant de s'allonger en savasana et de reprendre sa respiration avant de continuer la pratique des asanas. Certains ont besoin de plus de pauses, d'autres de moins de pauses et d'autres encore de très peu de pauses. C'est ainsi que Sri Krishnamacharya m'a enseigné les yogasanas pendant des décennies : avoir un contrôle total sur la respiration pendant la pratique des asanas et appliquer la respiration de manière réfléchie et efficace à différents individus, dans différentes conditions et dans différents mouvements/vinyasas.  “


 

Conclusion :


Il est donc impératif de ne pas raccourcir notre respiration en sautant d'une asana à l'autre ou en utilisant une force excessive dans la pratique des asanas.  Cela serait contre-productif.


Mystérieusement, le simple fait de respirer établit un lien spécial qui peut affecter notre état de conscience.  C'est la façon dont nous nous concentrons sur la respiration qui rend cela possible. 


Le renforcement du corps ou de la respiration dans la pratique des asanas est obtenu en se débarrassant des obstacles ou des impuretés.  En d'autres termes, il s'agit d'un processus de nettoyage.  Ainsi, dans le calme des postures tenues, le praticien oriente son attention vers l'environnement interne. L'éminent professeur T. Krishnamacharya appelait cela "Āsana Samyamam", c'est-à-dire le fait de ne faire qu'un avec l'asana. "


L’enseignement du Yoga de nos jours est une faillite complète parce qu’elle accorde la primauté à la technique. En lui accordant cette importance excessive, c’est cultiver la capacité et l’efficience sans comprendre le processus de la vie en tant que totalité. Sans avoir une perception compréhensive des démarches de la pensée et des désirs, c’est développer la brutalité. La connaissance technique pour peu qu’elle soit nécessaire ne peut résoudre nos conflits psychologiques, au contraire, nous voyons beaucoup de pratiquants de Yoga tellement ancré dans la technique, en pensant qu’elle va les libérer par l’image esthétique et performante de la forme, et en ne voyant pas à quel point celle-ci à donner lieu à des attitudes, des croyances, des actions névrotiques. Le monde actuel nous le montre bien, cela n’a amené que la destruction de l’homme. Est-ce que l’accomplissement de séquences avec des formes dans une routine mécanique et stérile nous affranchira de nos conflits et de notre confusion ? La technique et l’esthétisme de la forme nous donnent un sentiment de sécurité psychologique, mais également économique. Il est rassurant de savoir que nous sommes capables et performants, mais le désir de cette sécurité est illusoire et destructeur. Combien de pratiquants de Yoga, se sont senti dans la frustration, et ferme les yeux sur toute cette misère interne parce qu’il n’y a pas de connaissance de soi. Il faut se poser la question de comment amener une humanité paisible et heureuse, ceci ne pourra pas se faire par l’accumulation de faits enregistrés et le développement de la performance, mais en comprenant la vie dans sa totalité. Comprendre la vie dans sa totalité, demande observation et d’apprécier le processus dans son ensemble.



 

(*1) Les Yoga Sutras sont un recueil de textes écrits par le sage Patanjali vers l'an 400 de notre ère. Le recueil contient ce qui est considéré comme la base de la philosophie classique du yoga et se compose de 196 sutras ("fils" ou discours).


Samadhi pada (ce qu'est le yoga)

Sadhana pada (comment atteindre un état yogique)

Vibhuti pada (les avantages d'une pratique régulière du yoga)

Kaivalya pada (la libération ou l'affranchissement de la souffrance)


Bien que les Yoga Sutras soient composés de versets courts et simples, ils sont pleins de profondeur et de sagesse pratique. Ceux qui suivent une pratique spirituelle du yoga peuvent choisir d'étudier ou de méditer régulièrement sur les Sutras. De nombreuses personnes tentent de mettre en pratique la sagesse de Patanjali dans leur vie quotidienne, et pas seulement pendant les périodes de méditation et de pratique des asanas.



(*2) Tirumalai Krishnamacharya (18 novembre 1888 - 28 février 1989) était un professeur de yoga, un guérisseur ayurvédique et un érudit indien. Il est considéré comme l'un des gourous les plus importants du yoga moderne.


Krishnamacharya a compté parmi ses élèves de nombreux professeurs de yoga parmi les plus renommés et les plus influents : Indra Devi ; K. Pattabhi Jois (Ashtanga Vinyasa Yoga) ; B. K. S. Iyengar (Iyengar Yoga) ; son fils T. K. V. Desikachar (Viniyoga) ; Srivatsa Ramaswami (Vinyasa Krama Yoga) ; et A. G. Mohan.

Comments


bottom of page