top of page
Rechercher
  • flowerchen77

Quand la tête est en position de chute ou d'hyperextension...

Ceux qui viennent à notre cours pour pratiquer le yoga constateront que la première chose que nous ajustons est la régularité et la stabilité de la respiration, et l'interrelation entre le ton de la respiration et le rythme naturel du corps.


Il est préférable de concentrer son esprit sur la respiration plutôt que sur la forme des postures de yoga.  La raison en est la suivante : La respiration a un rythme naturel involontaire.  Pour que votre respiration soit plus longue et plus douce ou d'une durée spécifique, il est essentiel que votre esprit soit constamment conscient du flux de votre respiration.  Si votre esprit s'égare et que votre conscience s'estompe, votre respiration reprendra son rythme involontaire habituel.  Cela vous alertera sur le manque de concentration de votre esprit et vous permettra de la retrouver.


Ensuite, notre tâche consiste à proposer l'expérience de manière méthodique et suffisamment graduée pour que la capacité de discernement des praticiens se développe rapidement avec (1) la réduction des efforts de volonté et (2) la connaissance claire de soi et la capacité de faire qui éliminent le doute et l'hésitation.


Nous ne forçons jamais personne à accepter notre point de vue.  Nous ne dirons jamais "Ceci est correct" ou "Ceci est incorrect".  Pour nous, il n'y a rien de correct.  Cependant, si vous faites quelque chose sans savoir ce que vous faites, c'est incorrect pour vous.  Si vous savez ce que vous faites, alors quoi que vous fassiez, c'est correct.  En tant qu'êtres humains, nous avons la capacité particulière, que les autres animaux n'ont pas, de savoir ce que nous faisons.  C'est pourquoi nous avons la liberté de choix.


Urdhva Mukha Svanasana (chien tête en haut), Purvottanasana (la planche vers le haut), Ustrasana (la posture du chameau)... et d'autres ajustements similaires de la position de la tête sont ce que nous avons l'intention d'expliquer en écrivant cet article.


Nous expliquerons, en quatre facettes, pourquoi le fait de laisser la tête tomber en arrière ou de la mettre en extension excessive provoque un déséquilibre dans toute la colonne vertébrale, en bref : une déconnexion.


 

(1) Le point de vue du fascia humain


Citation tirée d'un livre : Anatomy Trains de Thomas W. Myers


La ligne frontale superficielle (SFL) relie toute la surface antérieure du corps, du dessus des pieds au côté du crâne, en deux parties - des orteils au bassin et du bassin à la tête - qui, lorsque la hanche est en extension comme en position debout, fonctionnent comme une ligne continue de myofascia intégré.



La fonction posturale globale du SFL est d'équilibrer la ligne dorsale superficielle (SBL).  Les muscles de la SFL se tiennent prêts à défendre les parties molles et sensibles qui ornent la face antérieure du corps humain et à protéger les viscères de la cavité ventrale.


L'étirement "cobra" est un moyen facile d'étendre l'étirement dans le ventre à partir des orteils.  Faites attention à la tête : s'il y a trop d'hyperextension dans le cou, l'étirement du ventre sera contrecarré par le raccourcissement du SCM (sterno-cléido-mastoïdiens).  Gardez le menton légèrement rentré et la tête haute.



 

Poursuivons l'exploration.

Les muscles sterno-cléido-mastoïdiens sont deux muscles situés dans le cou qui permettent à la tête de pousser vers l'avant ou de se tourner. Chaque muscle sterno-cléido-mastoïdien s'étend du sternum jusqu'à un point situé juste en dessous des oreilles, de chaque côté du cou, et est également attaché à l'os temporal de la clavicule et du crâne.



En soulevant le sternum pour augmenter l'ampleur de la poitrine devant et derrière, les muscles sterno-cléido-mastoïdiens sont correctement étirés. L'étirement excessif du cou en inspirant trop rapidement ou en retenant sa respiration entraîne une surutilisation des muscles sterno-cléido-mastoïdiens, ce qui se traduit par des tensions sur le devant du cou, derrière les oreilles et sur le front.


Vous remarquerez que chaque fois que vous trouverez un endroit difficile à suivre, votre respiration changera simultanément.


Le nerf vague parasympathique se trouve à côté du muscle sterno-cléido-mastoïdien, un nerf qui va du cerveau aux organes internes. Si cette partie du muscle est raide, le nerf est sollicité, ce qui affecte le fonctionnement des organes. Par conséquent, un torticolis est même lié à une gêne gastro-intestinale. En outre, un mauvais fonctionnement des nerfs parasympathiques peut entraîner un dysfonctionnement autonome, qui se traduit par des symptômes tels que l'anxiété, le stress, l'insomnie et la léthargie.



Il est intéressant de noter qu'un simple étirement du muscle sterno-cléido-mastoïdien est illustré sur la photo suivante - cela ressemble-t-il au Jalandhara bandha du yoga ?




 

(2) Structure de la colonne vertébrale


Citation tirée du livre : Yoga Therapy de A.G. Mohan et Indra Mohan


La colonne vertébrale est également liée à la physiologie des systèmes corporels et au fonctionnement de l'esprit.  La colonne vertébrale constitue le support central du tronc, qui contient la plupart des organes importants du corps.  En outre, les nerfs rachidiens qui alimentent la majeure partie du corps émergent d'entre les vertèbres.  Par conséquent, un désalignement structurel de la colonne vertébrale peut perturber le fonctionnement de divers systèmes corporels.


La colonne vertébrale présente quatre courbures, dont trois changent avec les mouvements du corps et la respiration.  La colonne vertébrale est droite lorsqu'elle est vue de face ou de dos.  Vue de côté, elle présente quatre courbures.   De haut en bas, elles sont les suivantes :




La courbure cervicale, concave en arrière.



La courbure thoracique, convexe en arrière.



La courbure lombaire, concave en arrière.


La courbure sacrée, convexe postérieurement.


Les courbures de la colonne vertébrale doivent être maintenues sans augmentation ni diminution.  Vous avez peut-être remarqué que les courbures adjacentes de la colonne vertébrale sont de forme opposée.  Cette caractéristique leur permet de se soutenir mutuellement.  Comme l'inspiration et l'expiration, elles ne s'opposent pas mais se complètent.  Les courbures de la colonne vertébrale font partie intégrante de sa force.  Ainsi, pour maintenir la force et la souplesse de votre colonne vertébrale, vous devez entretenir ses courbures.  C'est pourquoi nous attachons une telle importance aux courbures de la colonne vertébrale et à la relation entre elles lors de la conception d'un programme d'asanas.


La pratique des asanas, en utilisant des mouvements et une respiration appropriés, peut prévenir ou compenser cette tendance de la colonne vertébrale à s'affaisser avec l'âge.  Par conséquent, dans les asanas, nous essayons de redresser à la fois le bas et le haut du dos, en diminuant leurs courbures.  L'objectif n'est pas de réduire les courbures de la colonne vertébrale à un niveau inférieur à la normale, mais de les empêcher d'augmenter au-delà de la normale.


Comme les segments adjacents de la colonne vertébrale ont des courbures opposées, certains mouvements et respirations ont un effet similaire sur les courbures du cou et du bas du dos, mais un effet opposé sur la courbure du haut du dos.  En d'autres termes, les mouvements et la respiration qui réduisent la courbure (aplatissement de la convexité) du haut du dos augmentent généralement la courbure (approfondissement de la concavité) du bas du dos et du cou, et vice versa.


Pour effectuer des mouvements de flexion arrière, les muscles du dos doivent se contracter.  De plus, dans de nombreux asanas en flexion arrière, le mouvement se fait contre la gravité, ce qui ajoute à l'effort demandé aux muscles du dos.  Par conséquent, les mouvements de flexion arrière peuvent renforcer notre dos.


Nous ne voulons pas que la courbure du bas du dos augmente, mais nous ne pouvons pas l'éviter dans les mouvements de flexion arrière.  C'est l'effet indésirable des mouvements de flexion arrière sur la colonne vertébrale.


La technique suivante permet de maximiser le redressement du haut du dos et le renforcement du dos sans trop creuser le bas du dos.


Gardez votre cou dans le prolongement de votre colonne vertébrale.  Le fait de relever la tête accentue le creusement du bas du dos, ce qui n'est pas souhaitable et peut même provoquer des maux de tête en raison du stress qu'il crée dans la région du cou.




Photo tirée d'un livre de 1934, Yoga Makaranda (Essence du yoga) de Tirumalai Krishnamacharya.


Tirumalai Krishnamacharya (18 novembre 1888 - 28 février 1989) était un professeur de yoga, un guérisseur ayurvédique et un érudit indien. Il est considéré comme l'un des gourous les plus importants du yoga moderne.


Krishnamacharya a compté parmi ses élèves de nombreux professeurs de yoga parmi les plus renommés et les plus influents : Indra Devi ; K. Pattabhi Jois (Ashtanga Vinyasa Yoga) ; B. K. S. Iyengar (Iyengar Yoga) ; son fils T. K. V. Desikachar (Viniyoga) ; Srivatsa Ramaswami (Vinyasa Krama Yoga) ; et A. G. Mohan.


 

(3) Respirez dans tout le dos et méditez sur le son de votre propre respiration.


Citation tirée de la lettre d'information d'août 2015 de Srivatsa Ramaswami (il a étudié pendant 33 ans avec T. Krishnamacharya).


Les 7 vertèbres du cou forment la région cervicale de la colonne vertébrale. Les vertèbres cervicales sont les plus fines et les plus délicates de la colonne vertébrale, mais elles offrent une grande flexibilité au cou. Cette partie de la colonne vertébrale est incurvée vers l'avant. Comment le yoga prend-il soin de cette partie de la colonne vertébrale ? La colonne cervicale étant incurvée de manière concave, les yogis avaient l'habitude d'étirer cette section dans la direction opposée afin de maintenir, voire de réduire, cette courbure. En étirant le cou et en plaçant le menton contre le sternum, ils tentaient de maintenir la colonne cervicale plus droite et plus allongée.


Pendant la durée de la pratique des asanas et du pranayama, la position par défaut est Jalandhara Bandha afin que le yogi maintienne la traction de la colonne vertébrale même dans certaines flexions arrière comme Urdhva Mukha Svanasana (chien tête en haut).



Par la suite, le yogi peut garder la tête droite pour la méditation, comme l'indique le Seigneur Krishna à Arjuna dans la Bhagavad Gita (Chapitre 6 La pratique de la méditation.-13 Tenir le corps, la tête et le cou fermement en ligne droite, sans permettre aux yeux de vagabonder).


Citation tirée de la lettre d'information d'août 2009 de Srivatsa Ramaswami.


Les anciens sages ont mis au point une technique simple, appelée Jalandhara Bandha, pour arrêter et contrôler temporairement le flux. Le terme Jalandhara Bandha lui-même indique l'effet qu'il est censé produire. Jala signifie eau et se réfère ici à l'amrita ou nectar qui est censé être sous forme liquide. Dhara signifie tenir, ici tenir l'amrita dans la tête elle-même et Bandha est la serrure, la procédure qui aide à réaliser l'opération de tenue. Jalandhara Bandha signifie donc la serrure qui permet de retenir le nectar dans la tête. Bien sûr, lorsque nous pratiquons les asanas et le pranayama, nous ajustons le Bandha de manière à ne laisser s'écouler qu'une petite quantité nécessaire d'amrita et à maintenir un bon contrôle Ujjayi sur la respiration. C'est pourquoi la position par défaut de la tête dans la pratique des asanas, qu'il s'agisse de Tadasana, de Padmasana assis ou de Vajrasana, est la position tête en bas. On peut voir les photos de mon gourou T. Krishnamachaya en train de faire des asanas et on peut voir sa position tête en bas dans la plupart d'entre elles - même dans des asanas comme Urdhva Mukha Svanasana ou la pose bien connue du chien tourné vers le haut. Dans l'ensemble du Vinyasa Krama, on constate que la position détendue par défaut de la tête baissée est utilisée pour contrôler le flux d'amrita et la respiration Ujjayi.


Jalandhara bandha aide à étirer le cou. La pratique de vinyasas axés sur la respiration avec le menton baissé/verrouillé/jalandhara bandha, comme dans les routines de Vinyasa Krama, permet d'étirer toute la colonne vertébrale sans entrave.


Les photos suivantes ont été prises lorsque Krishnamacharya avait 84 ans.




 

(4) La position du corps est liée aux émotions intérieures.


Croyez-le ou non, la tête humaine moyenne pèse environ 5 kg. C'est plus que la plupart des nouveau-nés et tout cela repose sur seulement 7 vertèbres du cou. La colonne cervicale est le segment le plus incurvé et le plus mobile du corps humain et, en raison de sa grande mobilité, elle est également la plus exposée au vieillissement et à la morbidité.


Lorsque vous laissez tomber la (mauvaise) posture de la tête, la charge sur le cou est également supérieure de 5 kilogrammes au poids réel de la tête, car la gravité tire encore plus le poids de la tête vers le bas.


Cela s'explique par le fait que la posture est soutenue par le squelette et non par les muscles.  Que se passe-t-il lorsque la posture est soutenue par les muscles ?  Tout d'abord, il est difficile de maintenir la posture en permanence, car si l'on utilise constamment les muscles, on se fatigue rapidement.  Et comme les muscles sont situés à l'extérieur du corps, "utiliser les muscles = les contracter", ce qui signifie exercer une pression sur la circulation sanguine, la respiration et les organes internes du corps. Naturellement, cela peut entraîner des souffrances et un sentiment de malaise. C'est comme si l'on utilisait une boîte solide pour soutenir le corps afin qu'il ne s'effondre pas.


Dans presque tous les cas, l'excès de tension qui subsiste dans les muscles entraîne un raccourcissement de la colonne vertébrale.  Un effort inutile accompagnant une action tend à raccourcir le corps.  Dans toute action où l'on anticipe un certain degré de difficulté, le corps se resserre comme un dispositif de protection contre cette difficulté.  C'est précisément ce renforcement du corps qui nécessite l'effort inutile et empêche le corps de s'organiser correctement pour l'action.  La limite des capacités doit être élargie par l'étude et la compréhension plutôt que par des efforts obstinés et des tentatives de protection du corps.


De plus, cette autoprotection et cet effort superflu dans l'action sont l'expression du manque de confiance en soi de l'individu.  Dès qu'une personne est consciente qu'elle met ses forces à l'épreuve, elle fait un plus grand effort de volonté pour renforcer son corps en vue de l'action, mais en fait elle s'impose un effort superflu.  L'acte résultant de cette tentative de renforcement du corps ne sera jamais ni gracieux ni stimulant, et ne suscitera chez l'individu aucun désir de le répéter.  S'il est possible d'atteindre le but recherché de cette manière tortueuse, le prix à payer pour y parvenir est plus élevé qu'il n'y paraît à première vue.


La cause la plus fréquente de tension dans le cou est la peur de l'échec, c'est-à-dire que cette tension exprime une prise de conscience intime de l'incapacité d'agir de manière adéquate.  La personne mobilise toutes ses forces et agit trop rapidement et trop intensément, croyant que cela lui assurera le succès. Une telle action manque de gradation et de coordination ; la hâte et l'effort ne remplacent pas l'habileté. Ils indiquent toujours la présence d'un doute sur sa propre capacité à faire face à la situation.


 

La conclusion :


La conscience est une question de savoir ce que l'on fait, de savoir ce dont on est conscient.


Nous nous sommes aperçu que dans la pratique du Yoga et plus particulièrement de l’Ashtanga Vinyasa Yoga, beaucoup d’enseignants et de pratiquants mettent en pratique des actions répétées mécaniquement et sans compréhension. Quand on leur demande pourquoi ils font ses actions répétées, leurs réponses sont soit je ne sais pas ou alors c’est parce que j’ai appris comme ça, ou tout le monde fait comme ça, mais au final, je ne sais toujours pas. Ne trouvez-vous pas fou de répéter des actions sans en comprendre le fondement ? Malgré certaines douleurs ou manque d’attention certains vont continuer de répéter des actions pas adéquates qui pourraient avoir des répercussions plus tard. Ceci n’est qu’un exemple dans la pratique du Yoga parmi d’autres, mais c’est aussi un aspect de la vie en général.


Le travail crucial consiste à conduire à la conscience en action, c'est-à-dire à la capacité d'entrer en contact avec son propre squelette et ses propres muscles et avec l'environnement presque simultanément.  Il ne s'agit pas de relaxation, car la véritable relaxation ne peut être maintenue que lorsque l'on ne fait rien.  Il s'agit d'un effort sain, puissant, facile et agréable.  La réduction de la tension est nécessaire car un mouvement efficace se fait sans effort.  L'inefficacité est ressentie comme un effort et empêche de faire plus et mieux.


Vous pouvez, à tout moment de votre vie, vous recâbler, à condition que je puisse vous convaincre qu'il n'y a rien de permanent ou de compulsif dans votre système, à l'exception de ce que vous croyez être ainsi.


Sommes-nous capables de changer de direction ? Même si celle- ci est utilisée par beaucoup d’adeptes, pour une quête d’un devenir hypothétique, en suivant un mécanisme qui rassure, des actions sans compréhension, sans consistance. Le Yoga ne doit pas être une fuite, mais une possibilité de voir la réalité telle qu'elle est. Observer, sentez, soyez organique (vivant). Demandez-vous à quoi vous sert votre pratique. RÉVEILLEZ-VOUS.


 

2010 Flower, la première formation de professeur de yoga à Koh Samui, en Thaïlande. Les postures n'étaient pas tout à fait organiques.



 

J'ai eu la chance de rencontrer Mark et Joanne Darby à Montréal la même année en 2010, et cette première rencontre n'a duré que 5 matinées dans le programme Mysore.  J’ai commencé à explorer des façons organiques et intelligentes de pratiquer.










Comments


bottom of page