Rechercher
  • AYL

Partie II. Qu'est-ce qu'une respiration yogique de qualité?

Cet article est la suite du précédent. Le sujet est " Qu'est-ce qu'une respiration de qualité ? ".


Nous n'insistons pas sur "La façon absolument correcte de respirer", mais sur tous les modes de respiration possibles.


Une bonne posture avec de la prestance (c'est-à-dire une tranquillité mentale ou émotionnelle) est en fait un excellent critère de bonne posture. Cela contribuera également à développer la santé physique et mentale générale. Ni une tension musculaire excessive ni une intensité émotionnelle ne sont compatibles avec une bonne posture. Une bonne posture signifie agir en douceur mais sans précipitation ; la précipitation signifie généralement une contraction musculaire accrue.


Notre état d'esprit est étroitement lié à la qualité de notre respiration. Tout ce qui se passe dans l'esprit influence la respiration ; la respiration devient plus rapide lorsque nous sommes excités et plus profonde et plus calme lorsque nous nous détendons. Afin d'influencer notre prana, nous devons être capables d'influencer l'esprit. Nos actions perturbent souvent l'esprit, ce qui fait que le prana s'échappe du corps. Par la pratique quotidienne du pranayama, nous inversons ce processus, car un changement dans le schéma respiratoire influence l'esprit.


Le lien entre l'esprit et la respiration est très significatif. Selon le Yoga Sutra, lorsque nous pratiquons le pranayama, le voile se retire progressivement de l'esprit et une clarté croissante apparaît. L'esprit devient prêt pour la méditation profonde (Yoga Sutra II.52 et II.53). En suivant le Yoga Sutra, nous pouvons dire que le pranayama est avant tout la conscience du souffle : Je suis plus conscient que je respire, je suis conscient de mon inspiration et de mon expiration et peut-être des pauses qui se produisent naturellement entre les respirations. L'étape suivante consiste alors à répondre à cette question : Comment puis-je rester conscient de ma respiration ?


[ Trouvez la place centrale de la respiration ]


① Allongez-vous sur le sol, face vers le haut, pliez les jambes avec les pieds sur le sol, inspirez maintenant et levez la tête du sol.


Maintenir la tête levée pendant vingt ou trente secondes, puis laisser la tête revenir lentement au sol.


La personne doit procéder lentement, en restant dans la position décrite jusqu'à ce qu'elle obtienne une respiration régulière et rythmée.


② La prochaine chose à observer est que pour soulever la tête, quelque chose est produit dans le bas-de l’abdomen.


Posez une main sur le bas de l’abdomen très doucement, puis levez la tête. Vous remarquerez que l'abdomen devient "plein" juste avant que la tête ne soit soulevée.


Si vous mettez une main sur le bas du dos, puis soulevez la tête. Vous percevrez que la zone allant du sacrum au bas du dos deviendra également "pleine" juste avant que la tête ne soit soulevée.


Comme vous pouvez le constater par l'expérience ci-dessus, lorsque vous essayez de faire un mouvement quelconque, veuillez diriger votre attention vers le cœur de la respiration. Vous apprendrez bientôt à reconnaître très clairement qu'il est nécessaire d'avoir une plénitude aux mêmes degrés dans le bas de l’abdomen et à l'avant et à l'arrière du sacrum jusqu'au bas du dos.



Lorsque vous sentirez que le point situé sous le nombril (à peu près le centre de gravité du corps) est ressenti comme la source ou le centre de l'action, vous obtiendrez une posture légère, fluide et plus stabilisée.


Ayant fait l'expérience de cette sensation de plénitude du bas de l’abdomen, de la zone allant du sacrum au bas du dos, vous la détecterez assez facilement chaque fois que vous changerez d'attitude ou que vous commencerez ou arrêterez une action, à condition que cette action soit facile et simple et que votre rythme respiratoire ne soit pas interrompu.


Notez que le résultat d'une respiration de qualité n'est pas obtenu par l'entraînement et la répétition mécanique, qui font en même temps l'action défectueuse. L'amélioration résulte du fait de rester conscient de sa respiration tout en générant la connaissance de soi.


[Vous verrez par vous-même l'effet de la respiration de qualité]


❶ Allongez-vous sur le sol, face vers le haut, pliez les jambes avec les pieds sur le sol.


❷ Posez vos mains sur le bas de votre abdomen, les doigts le touchant juste. Trois points sont particulièrement importants :

le point situé à environ 2 cm sous le nombril

⑵⑶ les deux points au-dessus du pubis, de part et d'autre de l'abdomen, où l'on peut enfoncer les doigts de part et d'autre des puissants muscles abdominaux dans l'axe du corps.


❸ Placez vos doigts à environ un pouce sous le nombril (1) et les deux points inférieurs de votre aine (2) (3).


❹Inspirez lentement, les trois points (1)(2)(3) s'élevant également, le bas de l’abdomen se sent rond et gonflé comme un ballon. En même temps, vous sentez la zone allant du sacrum au bas du dos se remplir et toucher le sol.


❺Encore une fois, inspirez lentement, trois points (1)(2)(3) se lèvent également, la zone allant du sacrum au bas du dos se remplit et touche le sol, en même temps, laissez votre colonne vertébrale toucher le sol du bassin aux épaules sans interruption.


Vous remarquerez que l'abdomen donne l'impression que le ballon roule doucement vers votre visage.




Parce que la méthode précise de respiration yogique libère le bassin des contractions musculaires indésirables, fixe la respiration au rythme personnel sans entrave, et détend par conséquent les muscles de la mâchoire inférieure, de la bouche, des épaules et du cou, elle prépare en fait le corps à la dominance parasympathique autant que possible. Nous réalisons ainsi ce que les personnes bien coordonnées font spontanément.


Maintenant que vous avez acquis quelques rudiments de contrôle pour faire passer l'excitation de la dominance sympathique à la dominance parasympathique, vous devriez être capable de vous amener à l'état neutre dans lequel la plénitude du bas de l’abdomen est présente. Le corps se tient plus droit, la respiration devient régulière, et la tête peut suivre les yeux dans toutes les directions sans que les muscles ne modifient préalablement la position des articulations du cou et des épaules, et les muscles des membres ne remplissent que des fonctions de direction et de guidage.


La plénitude de la partie inférieure de l'abdomen et de l'ensemble du dos, qui est ressentie lorsque toute tension musculaire excessive ou inutile est éliminée, est la meilleure référence pour rétablir la posture correcte, sans avoir à garder à l'esprit les innombrables alignements détaillés et relatifs de tous les segments du corps. Les efforts musculaires intenses et les tensions dans le cou et les épaules entraînent une mauvaise respiration. Ne faites pas d'efforts de volonté ou n'essayez pas de vous faire une image mentale de la posture correcte. Le mouvement ou l'action correct ne peut être appris que par l'expérience réelle.


L'ensemble du corps humain n'est pas conçu pour des efforts violents, mais pour des actions douces et faciles, comme la pensée claire, la danse ou la pirouette. Ces états ont évidemment beaucoup à voir avec l'équilibre sympathique et parasympathique. L'excitation du système sympathique s'obtient dans l'état d'affirmation de soi, par exemple en recherchant toujours la compétition ou en produisant des efforts violents. Les nerfs parasympathiques apportent un sentiment de calme et aident à la guérison.


[Les mots "posture avancée" peuvent sembler attrayants, mais...]


Lorsqu'une vidéo ou une photo sur Internet est étiquetée "postures avancées", elle attire souvent l'attention des gens. De nos jours, la plupart des gens limitent également les "postures avancées" en termes de difficulté de la posture. En fait, les postures dites avancées varient en fonction du style de vie des gens. Par exemple .


◎Pour les plongeurs nageurs, les postures d'équilibre sur les mains (handstand), la roulade arrière (Chakrasana) et les asanas de yoga consistant à sauter en avant ou en arrière sont assez faciles à réaliser.


◎Pour les danseurs de ballet, les fentes avant et arrière (Hanumanasana), les fentes horizontales gauche et droite (Somakonasana) et les postures de yoga debout sur une jambe sont tout à fait accessibles.


◎Pour les grimpeurs, la variation de la pose de la planche et la pose du bâton à quatre membres (Chaturanga Dandasana), qui sont liées au noyau abdominal, peuvent être apprises facilement.


◎Dans les pays asiatiques, comme Taïwan, le Japon, la Thaïlande, l'Inde, etc., de l'enfance à l'âge adulte, ils ont l'habitude de s'accroupir aux toilettes, de s'agenouiller ou de s'asseoir les jambes croisées à côté d'une table basse, il n'est donc pas trop difficile pour eux de faire des asanas de yoga d'ouverture des hanches.


Par conséquent, nous considérons qu'il ne faut pas se catégoriser hâtivement juste en regardant les mots "asana avancé" ou "asana de base". La flexibilité du corps d'une personne est façonnée par son parcours de croissance et ses habitudes de vie.


Le plus important est de s'observer lorsque l'on pratique un asana ou un pranayama - de maintenir une méthode de respiration de qualité, sans s'arrêter, dans tout mouvement ou posture. En vous observant à chaque fois, en prenant conscience de vous-même, vous commencerez naturellement à vous transformer. Vous changerez pour devenir honnête (Satya) et percevoir tout ce qui vous concerne. Puis vous continuerez à vous transformer, en devenant un esprit pur (Shaucha), en voyant votre véritable moi, en vous acceptant et en abandonnant l'égoïsme enfantin.


Les résultats de votre pratique sur le tapis de yoga se manifesteront dans votre vie quotidienne avec les gens.


[ Quand nous pouvons reconnaître ce que nous sommes en train de faire ]


Si vous pratiquez la respiration telle qu’expliquée dans votre pratique régulière est que vous ne revenez pas dans vos anciens schémas, vous verrez que le haut du corps respirera également de la même manière tout en pouvant accentuer la respiration dans ces parties hautes comme le haut des dos et sous les clavicules pour autant que vous ne priiez pas le bas. À ce moment-là vous ferez circuler l’énergie dans tout le corps et vous aurez un réel impacter depuis l’intérieur. Vous sentirez de plus en plus l’énergie circulez dans tout le corps, alors un changement interne et psychologique et une ouverture à une vison différente de votre pratique, de vous, de votre vie et du monde surviendra. Ceci vous demandera une attention toute particulière de chaque instant. Mais vous changerez, et les postures deviendront secondaires voir pas du tout importante. Et là, le Yoga décrit par Patanjali et autres visions spirituelles prendront tout leur sens par votre propre expérience. C’est la voie de la transformation et du changement. Alors respirez, mais attention, car chaque action ont des réactions, prenez le bon chemin.


Lorsque nous nous trouvons à la limite potentielle de nos capacités. Cette sorte d'équilibre instable qui est abandonné à chaque action et récupéré pour la suivante est l'essence de la maturité humaine. Quand nous pouvons reconnaître ce que nous faisons, nous commençons à nous sentir maîtres de la situation et pouvons préserver notre tranquillité d'esprit malgré l’adversité.



Références :

The Heart of Yoga. T.K.V. Desikachar.

The Potent Self. Moshe Feldenakrais.

Notes prises lors de cours avec Mark Darby et Shankara Darby au cours des 12 dernières années. Et notre propre expérience.