Rechercher
  • AYL

Partie I. Pour relâcher le désir créatif

Cet article sera divisé en une première et une deuxième partie. Le sujet est de savoir comment les pratiques de pranayama et d'asana se complètent.


Dans le dernier article du blog, nous avons parlé de :

“…si vous mettez toute votre attention tout en respectant la respiration bien dirigée alors vous aurez plus de présence et cette présence vous amènera dans la prise de conscience de la réalité du moment, c’est l’aspect le plus difficile de la pratique, mais quand vous y goûtez et que vous voyez ce qui est en réalité, vous ne pouvez plus faire autrement que de faire avec, car vous voyez tout vos schémas pervertis, il n’est plus possible de faire marche arrière, la pratique va devenir un miroir de vous même, et si vous êtes sincère alors vous avez la possibilité de changer.”


Vous pouvez donc vous demander : "Comment puis-je créer une régularité dans ma respiration tout au long de la pratique de l'Asana ? "Comment puis-je arriver à des respirations complètes dans chaque mouvement ? " Qu'est-ce que la sensation d'une " respiration de qualité " ?


Avant d'expliquer la théorie de la respiration, je voudrais raconter trois histoires vraies.


- - - - - - - - - - - - -

1ère histoire

Pendant un an après que Mark Darby et Joanne Darby soient allés en Inde pour apprendre le Kriya Yoga (la technique du pranayama) auprès de Shree Shailendra Sharma, ils ont continué à pratiquer le pranayama pendant une heure chaque matin.

Un jour, leur fils, Shankara Darby, leur a demandé : " Vous avez l'air différent, vous rayonnez. Qu'avez-vous changé ?"

Les Darby ont répondu : "Nous n'avons rien fait de spécial. S'il y a une chose que nous avons faite, c'est de pratiquer le pranayama tous les matins depuis un an.

- - - - - - - - - - - - -


2ème histoire

En 2016, la famille de Darby est venue à Pékin, en Chine, pour enseigner une formation de professeur de yoga de 100 heures (deux semaines) et j'ai servi d'interprète. Le cours de yoga intensif de deux semaines comprenait une session de 45 minutes sur le pranayama à la première heure du matin, et Darby encourageait les participants au cours à continuer à pratiquer le pranayama après le cours.

L'année suivante, en 2017, nous n'avons pas demandé qui continuait à pratiquer le pranayama, mais nous avons observé les participants au cours Mysore pratiquer les asanas et nous pouvions probablement deviner qui pratiquait le pranayama à la maison pendant un an.

Darby a demandé aux deux élèves de faire les salutations au soleil pour que toute la classe les observe, puis a demandé aux autres élèves : "Que voyez-vous ? Les élèves ont répondu : "Chaque détail de chaque mouvement est synchronisé avec chaque seconde de respiration. Les mouvements sont fluides, sans précipitation.”

- - - - - - - - - - - - -


3ème histoire

Une conversation entre deux amis.

Q : "Je vois que tu pratiques les asanas en douceur, ton visage est détendu et le sentiment général est facile. Quelle est ta technique de contrôle de la respiration ?"

R : "Je ne pense pas à "contrôler" ma respiration. J'écoute simplement la respiration, continuellement. C'est peut-être parce que je pratique le pranayama tous les matins avant de pratiquer les asanas et les soirs avant de me coucher, donc naturellement je suive la respiration pendant le processus des asanas.

- - - - - - - - - - - - -


Pour établir une base solide, il y a deux éléments, ou logiques, que nous pouvons trouver dans les trois histoires : (1) de façon continue ; et (2) sur une longue période de temps.


Ceci est également cohérent avec les versets 13 et 14 du premier chapitre du Yoga Sutra :

Yoga Sūtra de Patanjali Chapitre 1 verset 13 - -

tatra sthitau yatno ‘bhyāsaḥ ||13||

La pratique est la tentative répétée ou constante de rester avec l'objet.


Commentaire de Srivatsa Ramaswami :

L'objet peut être l'un des 24 tattvas. Ce pourrait être quelque chose comme la respiration, ou un mantra (qui n'est pas exactement sous 24 tattvas, mais qui est toujours sous prakṛti).


Yoga Sūtra de Patanjali Chapitre 1 verset 14 - -

sa tu dīrgha-kāla-nairantarya-satkārādarā-sevito dṛḍha-bhūmiḥ ||14||

La pratique effectuée pendant une longue période sans interruption devient alors fermement établie dans l’esprit.


Commentaire de T Krishnamacharya :

Abhyāsa, lorsqu'il est pratiqué avec révérence, sans interruption, sur une longue période de temps, aura pour résultat un corps sain, des sens aigus et une vigilance extraordinaire. Ce type d'Abhyāsa constitue une base solide que rien ne peut perturber.


Pendant le Pranayama, nous apprenons à regarder vers l'intérieur pour observer le flux subtil de la respiration.


Dans le pranayama, nous concentrons notre attention sur la respiration. Dans la pratique du pranayama, il est donc très important de garder un esprit alerte, car les processus observés sont très subtils. Il n'y a pas de mouvement visible du corps, comme c'est le cas dans la pratique des asanas, où nous devons sentir et ressentir avec acuité le mouvement du souffle à l'intérieur. Le seul processus dynamique est la respiration.


Le but du pranayama n'est pas d'amener l'inspiration et l'expiration dans une certaine relation l'une avec l'autre, ou d'établir une longueur de souffle particulière. Si de tels exercices nous aident à nous concentrer sur notre pranayama, c'est très bien ainsi. Mais le véritable objectif des nombreuses techniques et rapports respiratoires du pranayama est avant tout de nous donner de nombreuses possibilités différentes de suivre le souffle. Lorsque nous suivons la respiration, l'esprit est entraîné dans les activités de la respiration. Le pranayama nous prépare ainsi au calme de la méditation.


Bien sûr, notre état mental ne change pas à chaque inspiration et expiration ; le changement se produit sur une longue période de temps. Si nous pratiquons le pranayama et que nous remarquons également un changement dans l’esprit, les changements d'esprit peuvent également être observés principalement dans nos relations avec les autres personnes. Les relations sont le véritable test pour savoir si nous nous comprenons mieux.


Apprenez à apprendre.

Il faut s'atteler à apprendre à apprendre comme il convient à l'œuvre la plus importante de la vie humaine, c'est-à-dire avec sérénité mais sans solennité, avec une objectivité patiente et sans sérieux compulsif. Serrer les poings, crisper les sourcils, serrer la mâchoire sont des expressions d'efforts impuissants. L'apprentissage n'est pas l'entraînement de la volonté mais la capacité de diriger des motivations claires grâce à la connaissance de soi.


[ Conclusion ]

Pour relâcher le désir créatif. Nous devons découvrir ce que nous pratiquons.


Si on observe bien la pratique des asanas est très intéressante pour ce maintenir en forme, surtout le corps physique, pour autant que cela soit fait correctement, et c’est bien ainsi, parce que les asanas sont à la base fait pour ça, mais aussi à préparer l’esprit à quelque chose de plus subtil, mais ça reste malgré tout limité, même si c’est à titre thérapeutique, à un moment donné même si vous pratiquer les asanas jusqu’à la fin de votre vie, bien entendu si le corps vous le permet c’est très bien parce que c’est bien le corps qui va vous menez jusque’à la fin du chemin de cet expérience humaine. Si nous arrivons à un grand âge, il y aura des étapes inéluctables de transformation, de l’âge de l’enfance à celui de la vieillesse, même si l’esprit à toute sa vigueur, le corps physique ne vous permet plus de faire les mêmes choses à des âges différents. Et pour en revenir à la limitation de la pratique des asanas, alors utilisons là pour ce qu’elle est, mais si vous n’avez pas émis l’idée qu’un jours il y aura des limitations physique que ferez vous, il y a toujours quelque chose à faire et il y a aura toujours de la place pour une pratique postural adaptée, mais il aura été intéressant d’avoir développer progressivement des étapes plus subtils comme le pranayama et cet attention, cet présence dans la pratique qui va aussi ce mettre en place dans la vie au quotidien. Plus vous amenez les bons outils et la bonne direction dans la pratique plus vous allez avoir cette possibilité d’explorer plus profondément. Les asanas ne sont que la partie visible de l’iceberg, toute la subtilité, le plus intéressant ce trouve caché. Garder une bonne santé vient de l’intérieur. La pratique du yoga, c’est avant tout l’ouverture de la conscience.

A suivre, partie II.


- - - - - - - - - - - - -

References :

The Heart of Yoga. T.K.V. Desikachar.

The Potent Self. Moshe Feldenakrais.

Patanjali’s Yoga Sutras: Based on the teaching of Srivatsa Ramaswami