Rechercher
  • AYL

Comment être plus connecté et s'assurer que le flux d'énergie est correct lors de la flexion avant.

Dernière mise à jour : 22 mai

Dans une position de yoga de flexion avant, le dos doit-il étre droit ou courbé ?



Mark Darby enseigne comment être plus connecté et s'assurer que le flux d'énergie est correct lors de la flexion avant.














Comme le souligne Tom Myers dans son livre : Anatomy trains, nous voyons l'anatomie d'une manière beaucoup plus linéaire. Il y a une continuité ; un muscle, ou une partie du corps, est relié à un autre par un fascia. La flexion avant va des orteils au sommet de la tête, et cette ligne ne doit être brisée en aucune façon. En dehors des cercles anatomiques et ostéopathiques, le concept selon lequel le fascia relie l'ensemble du corps en une "toile sans fin" a progressivement gagné du terrain. Ceux-ci font partie d'une continuité de la tête aux pieds.






















On peut voir sur les photos de Krishnamachara dans le Yoga Makaranda, de Pattabhi Jois dans le Yoga Mala, ou même d'autres yogis de l'ancien temps comme Sivananda ou Swami Vishnudevananda, que la colonne vertébrale est plus arrondie dans leurs flexions avant car ils connectent leur bandha.








Mula Bandha se situe juste au-dessus de l'os pubien, et non dans la partie supérieure de l'abdomen. Lorsque vous apprenez à engager ce bandha, cela change vraiment la façon dont vous vous penchez en avant. Si vous ne l'engagez pas, vous pouvez simplement vous pencher en avant à partir des hanches comme une crêpe, et cela casse le flux d'énergie du corps en deux parties. Des pieds aux hanches, et ensuite des hanches à la tête.




Beaucoup de gens s'effondrent lorsqu'ils se penchent en avant, et essaient d'insister sur l'étirement de l'ischio-jambier. Si vous engagez le bandha, et permettez au dos de s'arrondir légèrement, cela isole les ischio-jambiers et vous permet de vous ouvrir beaucoup plus profondément. Certaines personnes pensent que si elles n'ont pas cette sensation d'étirement dans les ischio-jambiers, elles doivent se pousser pour la ressentir ou elles n'en tireront aucun bénéfice - ce n'est pas vrai. Si vous maintenez l'abdomen inférieur, la connexion vient des pieds et se poursuit jusqu'au sommet de la tête. Vous répartissez uniformément l'étirement, avec cette sensation de connexion plutôt qu'un fort étirement/émotion, mais en fait vous relâchez l'ischio-jambier d'une manière plus saine.


Si les gens ne peuvent pas se pencher en avant, c'est souvent dû à leur façon de respirer. Ils ne respirent pas dans le bas de l'abdomen, mais plutôt dans le haut de l'abdomen, et restent coincés là. Il n'y a pas de relâchement de la tension dans le bassin, et ils ne font en fait que créer plus de tension. Et si vous respirez trop d'oxygène dans la partie supérieure de l'abdomen, cela excite le système nerveux sympathique (les fibres proviennent des corps cellulaires de la colonne cellulaire latérale intermédiaire du 7e segment thoracique au 2e segment lombaire de la moelle épinière), et déclenche une réaction de combat ou de fuite. Lorsque nous respirons, nous devons nous concentrer sur le bas de l’abdomen et commencer à respirer à partir de là. Nous maintenons "doucement" le bas de l’abdomen, en le tonifiant mais sans le serrer. Une tonification permet à tous les organes de se soulever. Lorsque nous respirons, elle vient de l'arrière du corps et remonte le long de la colonne vertébrale.


En sortant d'une flexion avant, inspirez en tenant le bas de l’abdomen, gardez le bas de l'abdomen à l'intérieur, de manière à maintenir un léger arrondi du dos. Si vous vous relevez avec le bas du dos arrondi dans l'autre sens, tous ces muscles tirent, et c'est en fait le dos qui est écrasé.


Lorsque nous engageons le bas de l'abdomen de cette manière, nous avons la sensation que le corps se soulève et se renverse lorsque nous nous plions en avant. Lorsque vous vous penchez vers l'avant avec le dos plat, la connexion avec le bas de l'abdomen est perdue, ce qui peut provoquer des tensions dans la partie supérieure de l'abdomen, ce qui entraîne des tensions dans le psoas, les quadriceps et les épaules. Une fois que vous avez compris cette façon de se plier vers l'avant à partir de la connexion avec le bas de l’abdomen, cela change tout !


Bien que les réseaux de fascias soient liés les uns aux autres, de la tête aux pieds. Le centre du réseau fascia serait notre centre de gravité, situé au milieu du bas-ventre du corps debout, connu dans les arts martiaux sous le nom de " hara ". (Trains d'anatomie par Thomas W. Myers.)


Courber le dos est un exercice important pour la colonne vertébrale. Normalement, nous accordons une importance considérable à la cambrure de la colonne vers l'arrière, mais la courbure ou l'arrondi de la colonne est également nécessaire pour maintenir la flexibilité de l'ensemble de la colonne. Le libre mouvement de la colonne vertébrale vers l'avant et vers l'arrière est très utile lors de la pratique de postures nécessitant une maîtrise fine de la colonne vertébrale.


Vidéo de 2012, Mark Darby et Flower Chen. Traduction française par Hubert de Tourris.