Pranayama / Full Moon

Tuesday, May 29, 2018 - 06:30 to 08:00

Pourquoi ne pratiquons-nous pas les asanas les jours de la lune dans la tradition de l'Ashtanga Yoga?

Le corps humain est composé de 65 à 70% d'eau, et comme les phases de la lune influencent les marées, cela nous influence aussi. Le soleil et la lune ont une attraction gravitationnelle sur la terre. Leur position crée des expériences énergétiques qui peuvent être comparées au cycle de la respiration. L'énergie de la pleine lune correspond à la fin de l'inspiration lorsque le prana est le plus grand. La force expansive et ascendante qui fait que nous nous sentons énergiques et émotifs, mais pas bien ancrés. Comme indiqué dans les Upanishads, le prana principal vit dans la tête. Nous sommes plus entêtés pendant la pleine lune. La nouvelle lune correspond à l'énergie à la fin de l'expiration lorsque la force d'apana est la plus grande. Apana est la force motrice descendante et contractante qui nous fait nous sentir calmes et enracinés mais denses et disciplinés envers la pratique des asanas. L'almanach des fermiers recommande de planter des graines à la nouvelle lune, car la force d'enracinement est la plus forte, et de transporter à la pleine lune lorsque la force de floraison est la plus forte. Pratiquer le yoga Ashtanga au fil du temps nous rend plus en phase avec les cycles naturels. Observer le jour de la lune est une façon de reconnaître et d'honorer les rythmes de la nature, nous permettant de vivre en plus grande harmonie avec elle.

 

Il est recommandé d’éviter de pratiquer les asanas ces jours-ci en raison du risque de blessure plus élevé que d’ordinaire. En revanche, ces jours sont considérés comme favorable pour le repos.

Il existe de nombreuses manières de se relier sans passer par les asanas.

Le cycle lunaire sert de guide pour les pratiques spirituelles de nombreuses traditions, et le yoga n’échappe pas à la règle. L’objectif est d’une part de se créer un repère mais c’est également un moyen de se relier à la nature. En Inde, les astres sont consultés avant d’entreprendre toute activité importante, un réflexe qui a disparu en occident depuis bien longtemps. Comment renouer avec les cycles naturels en commençant par le cycle lunaire, et quels sont les effets sur la pratique du yoga ?

Certains affirment avec fierté « ne pas être sensible à la lune ». C’est fort possible, mais il s’agit d’un manque de sensibilité, non d’un ressenti normal. Dans la société actuelle, nous ne sommes plus du tout reliés aux cycles naturels (saisons, phases de la lune, ou même l’alternance du jour et de la nuit). De plus, nous avons oublié d’apprendre à nous écouter, à sonder les moments de fatigue ou les changements d’humeur.

Avec les rythmes de vie anarchiques que beaucoup d’entre nous ont adopté, ces modifications ne sont même plus perceptibles. Mais il est possible de se relier aux différents cycles sans bouleverser sa vie, simplement en prenant le temps d’observer, de passer plus de temps en pleine nature ou même de méditer. Se relier, c’est bien là l’objectif du hatha yoga !

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Why do we not do asana practice on moon days in the Ashtanga Yoga tradition?

Humans are 65-70% water, and as the moon phases influences the tides, it also influences us. Both sun and moon have a gravitational pull on the earth. Their position creates energetic experiences that can be compared to the cycle of the breath. The full moon energy corresponds to the end of the inhalation when prana is greatest. The expansive, and upward moving force that makes us feel energetic and emotional, but not well grounded. As stated in the Upanishads the main prana lives in the head. We are more headstrong during full moon. The new moon is corresponds to the energy at the end of the exhalation when force of apana is greatest. Apana is the downward, contracting moving force that makes us feel calm and grounded but dense and disciplined towards asana practice. The Farmers Almanac recommends planting seeds at new moon, as rooting force is strongest, and transporting at full moon when flowering force is strongest. Practicing Ashtanga yoga over times makes us more in tune with natural cycles. Observing moon day is one way to recognize and honor the rhythms of nature, allowing us to live in greater harmony with it. 

 

It is recommended to avoid practicing asanas these days because of the risk of injury higher than usual. On the other hand, these days are considered favorable for rest.

There are many ways to connect without going through the asanas.

The lunar cycle serves as a guide to the spiritual practices of many traditions, and yoga is no exception to the rule. The goal is to create a benchmark on the one hand, but it is also a means to connect with nature. In India, the stars are consulted before undertaking any important activity, a reflex that has disappeared in the West for a long time. How to reconnect with natural cycles starting with the lunar cycle, and what are the effects on the practice of yoga?

Some say proudly "not to be sensitive to the moon". It is very possible, but it is a lack of sensitivity, not a normal feeling. In today's society, we are no longer connected at all to the natural cycles (seasons, phases of the moon, or even the alternation of day and night). In addition, we have forgotten to learn to listen, to probe the moments of fatigue or changes in mood.

With the anarchic rhythms of life that many of us have adopted, these changes are no longer even perceptible. But it is possible to connect to different cycles without upsetting one's life, simply by taking the time to observe, to spend more time in nature or even to meditate. Connecting is the goal of hatha yoga!